Appelez la boutique au 03 29 24 99 60

« Les atouts de Febvay, le savoir-faire d’une fabrication adaptée aux besoins de ses clients »

//« Les atouts de Febvay, le savoir-faire d’une fabrication adaptée aux besoins de ses clients »

« Les atouts de Febvay, le savoir-faire d’une fabrication adaptée aux besoins de ses clients »

Afin de donner un nouvel essor à l’entreprise, et conserver une fabrication 100% française, Febvay a lancé l’année dernière une levée de fonds. L’objectif : trouver des partenaires financiers, des investisseurs, qui ont à cœur de préserver et d’encourager l’évolution des Ateliers Febvay. Découvrez dans cet interview Eric Lobry, Directeur de participations chez ADER Investissements, qui nous explique les raisons de son engagement auprès de Febvay et de son équipe.

En quoi consiste les activités d’ADER Investissements ?

Eric Lobry : ADER Investissements est une société holding de participation qui a été constituée il y a dix ans à l’initiative de chefs d’entreprise, pour prendre des participations minoritaires dans des PME ou TPE dans la région. Nous sommes situés à Nancy, et nous intervenons en Lorraine, et plus globalement à moins de deux heures de route de Nancy.

Quel est votre rôle dans cette structure ?

Eric Lobry : Le titre officiel c’est Directeur de participations, concrètement j’en suis l’animateur, je suis le seul salarié de la structure. Les décisions d’investissement sont prises par un comité d’investissement qui est constitué d’actionnaires de la société pour la plupart chefs d’entreprise. De mon côté je détecte les projets, je rédige les notes d’investissement et les dossiers d’analyse, et je mets ensuite en œuvre les décisions du comité.

Comment avez-vous entendu parler de Febvay et qu’est-ce qui a retenu votre attention ?

Eric Lobry : Nous avons été contactés par Febvay directement. Le projet qui nous a été présenté mettant en avant l’appui sur des compétences et un savoir-faire traditionnels, associés à une modernisation du marketing et de la commercialisation. Cela nous a semblé vraiment porteur de sens. Le comité d’investissement s’est réuni au mois de décembre et a pris une décision favorable.

Quels sont les atouts de Febvay face à la concurrence ?

Eric Lobry : D’abord la fabrication française, le positionnement haut de gamme et sur-mesure, l’image d’un vêtement confortable et technique. Ce savoir-faire de fabrication de vêtement complètement adapté aux besoins du client.

La seconde raison, c’est l’addition des compétences entre Raphael Hans qui connait bien son métier et ses équipes, je dirais la partie traditionnelle de l’entreprise, et Germain Simoneau et Faustine Gehin qui amènent l’ouverture au numérique, et puis quelque part un peu de recul sur l’évolution des modèles économiques. Cette alchimie a l’air de bien fonctionner. Et c’est probablement l’un des points forts aujourd’hui du projet. Réussir à faire travailler ensemble des personnes qui viennent d’univers différents.

Quel est le challenge le plus important à relever ?

Eric Lobry : En résumé, c’est de réussir la numérisation de l’acte de vente.  C’est de passer d’un mode de distribution avec des commerciaux qui vont visiter les clients, à un mode de commercialisation ou on a un configurateur numérique et une prise de commande assistée par des conseillères, mais qui essentiellement passe par le canal numérique. Avant on avait des agents commerciaux qui sillonnaient la France avec des bons de commande dans leur voiture. Ici, la transition numérique est au cœur du premier enjeu stratégique de la marque.

Qu’est ce qui fera le succès de Febvay ?

Eric Lobry : Ce qui fera le vrai succès de Febvay c’est arriver à s’imposer comme la marque de référence dans l’hôtellerie restauration haut de gamme, et métiers de bouche haut de gamme. Il y a une place à prendre, et il faut savoir la prendre. En sachant qu’il y a un concurrent historique qui occupait bien la place, Bragard, sauf qu’aujourd’hui ce concurrent historique ne produit plus en France. Et c’est pourquoi Febvay peut occuper cette place et c’est cette conquête qui fera la réussite de Febvay.

Quelles ont été les évolutions réalisées depuis votre investissement ?

Eric Lobry : C’est un peu tôt pour vous répondre, car le premier comité de pilotage a lieu dans deux jours (ndlr mercredi 15 mars, interview réalisée la veille). Mais on a quand même constaté une évolution.  On a eu une visite chez Febvay, notamment avec des représentants d’universités. Et on a pu constater une ouverture de Febvay vers d’autres acteurs que les acteurs textiles.

Quel sera votre rôle dans l’aventure Febvay, quel est votre champ d’action ?

Eric Lobry : Notre actionnariat est majoritairement constitué de dirigeants de PME, et nous faisons systématiquement parti du comité de pilotage, c’est-à-dire une instance non opérationnelle de l’accompagnement du dirigeant. Nous amenons tout ce qu’on peut y apporter en fonction des attentes et des demandes du dirigeant. Nous n’avons pas de configuration standard, en fonction à la fois des demandes du dirigeant, et des autres membres du comité de pilotage, on se positionne et on va envoyer dans l’entreprise telle ou telle personne pour nous représenter. Notre rôle dans le comité de pilotage est double, il est à la fois d’être un apporteur d’idées, de compétences, de réseaux, de mise en relation etc… Tout ce que peut faire un groupe de chefs d’entreprise sur le territoire. Et bien évidemment également un rôle de surveillance et d’alerte, lorsqu’il se passe des choses qui nous semblent non conformes à ce qu’elles devraient être.

Pourquoi choisir d’investir dans une PME, plutôt qu’une start-up ?

Eric Lobry : C’est notre ADN. Lorsqu’on a constitué ADER Investissement c’était dans cet objectif-là. Nous souhaitions contribuer à préserver l’emploi sur le territoire français. C’est très bien d’accompagner les start-ups, mais il y a beaucoup de personnes qui font ça, et souvent on délaisse un peu trop les PME et TPE existantes qui peuvent avoir besoin de rechercher un second souffle, ou comme c’est le cas pour Febvay se reconfigurer pour rechercher une transformation de leur modèle économique. Nous sommes plutôt orientés vers ce type de projet, plus sur des entreprises en développement ou en primo développement, que sur des start-ups. Nous sommes d’ailleurs issus d’actionnaires industriels, dont la plupart sont des patrons de PME industrielles.

Comment savoir si la réussite est au rendez-vous ?

Eric Lobry : L’un des principaux critères de réussite ou de non réussite de nos investissements est assez directement lié à la capacité d’écoute des dirigeants, pas seulement de nous, la capacité d’écoute et d’assimilation des informations qu’ils reçoivent de l’extérieur, de son marché, de son secteur, de ses clients… Quelqu’un qui est à l’écoute et qui sait se remettre en cause a globalement plus de chances de réussir que quelqu’un d’enfermé dans ses certitudes. Et pour le moment c’est bien ce qu’on perçoit de l’équipe Febvay.

Propos recueillis par Belinda Tempier

By | 2017-03-20T16:21:47+00:00 mars 20th, 2017|Febvay|Commentaires fermés sur « Les atouts de Febvay, le savoir-faire d’une fabrication adaptée aux besoins de ses clients »